135 m : Technisol atteint un nouveau sommet

Imaginée par Jean Nouvel, la tour “La Marseillaise” est une prouesse architecturale et technique. La chape ne fait pas exception, puisque Technisol a dû en mettre une fluide en œuvre jusqu’au 30e étage.

Chapes-info.fr | Publié le 20 mars 2018 | Par Aurélie Cheyssial


 Sur la tour “La Marseillaise”, l’équipe de chapistes de Technisol est montée à 135 m de haut. [©Technisol]
Sur la tour “La Marseillaise”, l’équipe de chapistes de Technisol est montée à 135 m de haut. [©Technisol]

Le chantier de la tour “La Marseillaise”, bâtiment désormais emblématique de la cité phocéenne, représentait un vrai challenge pour un chapiste. En effet, outre le manque de place lié à sa localisation, une chape fluide devait atteindre le 30e étage de cet édifice, soit 135 m de haut. « Je pense que c’est une première en France. Après avoir été les premiers à couler 4 500 m2 de chape fluide en une journée, il y a 8 ans, nous détenons aujourd’hui le record de la plus haute chape fluide coulée dans l’Hexagone », se réjouit Vincent Quenin, gérant de Technisol.

Atteindre le 30e étage
Plus gros chapiste français, Technisol a pour particularité de fabriquer sa chape fluide sulfate de calcium Texol Knauf directement sur chantier, à l’aide de centrales mobiles. Cet équipement permet habituellement d’atteindre une quinzaine d’étages. Ici, il a donc fallu faire preuve d’astuce et de technicité. Une pompe intermédiaire, spécialement étudiée pour ce chantier, a donc été placée au 15e étage. La pompe thermique étant interdite dans les surfaces fermées, Technisol a eu recours à une pompe à piston électrique pour réaliser cette prouesse. L’emploi de centrales mobiles était déterminant dans ce chantier à fortes contraintes. « Il n’y avait la place que pour un seul camion, mais les autres étaient dans les starting-blocks, garés un peu plus loin avec leur produit sec à l’intérieur. Dès que l’un avait fini de couler, il repartait pour être nettoyé au dépôt et un autre prenait sa place. C’était une organisation de folie », se souvient Vincent Quenin. Technisol avait en charge la mise en œuvre de l’isolation thermique, phonique (ou les deux selon la destination de l’étage), ainsi que le coulage de la chape, soit 2 000 m2 par niveau sur 30 étages. Commencé il y a 6 mois environ et demandant l’intervention d’une quinzaine de techniciens, le chantier est en passe d’être terminé.