Chapistes : quelle machine pour quel usage ?

Les machines pour chapes fluides ou traditionnelles sont aujourd’hui incontournables. Thermiques, électriques, pneumatiques, centrales mobiles de malaxage, pompe à vis ou à piste : la fabrication des chapes s’automatise. Mais quels équipements choisir ?

Chapes-info.fr | Publié le 23 octobre 2017 | Par Aurélie Cheyssial


La centrale mobile associe fabrication et livraison de la chape, directement sur le chantier. [©Technisol]
Grâce au malaxeur-transporteur de chapes, la pénibilité sur chantier liée à la manutention de la chape traditionnelle est réduite. [©Imer]

La mobilité a de l’avenir
« Ces professionnels choisiront les options permettant de simplifier le travail au maximum, comme le skip, qui facilite la préparation de la gâchée suivante pendant le mélange de la première, le nettoyeur haute pression intégré, des pelles tractées ou le graisseur de lignes », détaille Walter Baffioni. L’intérêt d’une machine de ce type n’est pas seulement l’augmentation des cadences et la diminution de la manutention sur le chantier. Elle garantit une formulation précise, et une chape homogène et régulière. Son prix neuf avoisine les 40 000 €, mais aucun frais supplémentaire d’entretien n’est à prévoir.
Une autre solution, qui associe mise en œuvre, fabrication et livraison de la chape, se développe depuis une quinzaine d’année : la centrale mobile de malaxage. Dédiée aux chapes fluides, mais aussi aux chapes traditionnelles, cette dernière est une station de mélange et de pompage automatisée installée sur un camion. Ne requérant qu’une simple arrivée d’eau, elle produit à la demande la juste quantité de chape nécessaire au chantier, éliminant complètement le gaspillage. Après avoir sélectionné le produit désiré dans les formules pré-enregistrées, l’opérateur met en marche la machine et peut ensuite se concentrer sur la mise en œuvre de la chape.

Dans les centrales mobiles de malaxage, le lancement de la fabrication se fait à partir du tableau de commande. [©Overmat]
Dans les centrales mobiles de malaxage, le lancement de la fabrication se fait à partir du tableau de commande. [©Overmat]

Jusqu’à 14 m3 de chape
La centrale mobile de malaxage fabrique la chape au fur et à mesure, en prélevant automatiquement les différents composants et additifs dans les compartiments correspondants. Puis la transporte dans des tuyaux, jusqu’au plan de pose. Une seule unité de ce type peut fabriquer jusqu’à 14 m3 de chape. De quoi couvrir 280 m2 de sol en 5 cm épaisseur. Permettant d’assurer toute sorte d’opérations, la centrale mobile de malaxage convient avant tout à des chantiers très éloignés d’une centrale à béton classique, ayant une consommation importante de chapes ou présentant des longues distances de pompage (plus de 100 m), à l’horizontale comme à la verticale. Ces trois conditions pouvant se cumuler.
En France, les centrales mobiles de malaxage séduisent de plus en plus de chapistes. Certaines unités n’effectuent que la fourniture de la chape sur chantier, quand d’autres assurent aussi la mise en œuvre. Telle l’entreprise Technisol, comme l’explique Vincent Quenin, son gérant : « Si nous sommes chapistes avant tout, nous avons réussi à dépasser notre métier et devenir autonomes, notamment des centrales à béton ».

Pages : 1 2 3 4