Qui est Christophe Dufour, nouveau président du GS 13 ?

C’est en toute discrétion que Michel Droin a cédé sa place de président du GS 13, en janvier dernier, à Christophe Dufour, directeur commercial de l’entreprise Pla Mur Sol. Le nouveau venu est un ardent défenseur de la chape fluide.

Chapes-info.fr | Publié le 20 octobre 2017 | Par Aurélie Cheyssial


Ardent défenseur de la chape fluide, Christophe Dufour est le directeur commercial de l’entreprise Pla Mur Sol. [©C. Dufour]
Ardent défenseur de la chape fluide, Christophe Dufour est le directeur commercial de l’entreprise Pla Mur Sol. [©C. Dufour]

A 47 ans, Christophe Dufour est un acteur incontournable de la chape. Directeur commercial de l’entreprise Pla Mur Sol, dirigée par son oncle et son cousin, il s’est longtemps consacré au développement des chapes fluides et des produits novateurs. Située à Canéjan, dans la région bordelaise, l’entreprise de 47 salariés, spécialisée dans la pose de revêtements de sols (sols souples, carrelage, pierre), conjugue mise en œuvre traditionnelle et procédés industriels. Son chiffre d’affaires de 9 M€ est réalisé tant dans la rénovation du bâti ancien et patrimonial, comme les grands domaines viticoles de la région, que dans la construction neuve, avec des réalisations en logements collectifs, écoles, bureaux et établissements médicaux.
Enthousiaste et convivial, Christophe Dufour a très vite intégré la Fédération française du bâtiment (FFB) pour y tenir une place de plus en plus importante. Délégué régional de la Nouvelle-Aquitaine, il est aussi vice-président de (l’Union nationale des entrepreneurs de carrelage du bâtiment (UNECB) et, accessoirement, son trésorier. Connaissant bien le domaine des chapes, il a été convié à participer à des réunions techniques en tant qu’expert, notamment dans les commissions de normalisation Bentec.

Acteur de l’évolution des normes
C’est d’ailleurs lui qui présidait, en 2015, la commission qui a fait évoluer le DTU 26-2 – Chapes et dalles à base de liants hydrauliques. Ardent défenseur de la révision du DTU 52.1 – Travaux de bâtiments – Revêtements de sol scellés, il souhaite supprimer la pose scellée sur sous-couche acoustique mince, qui serait responsable de l’augmentation considérable des désordres de carrelage constatés ces dix dernières années. « Le triste constat pour notre métier de carreleurs, c’est que nous sommes passés premiers en nombre et en coût de sinistres ! De plus, la diminution de la pose scellée permettrait de réduire la pénibilité sur chantier et conviendrait plus à la réalité du terrain où l’on rencontre souvent des difficultés d’accès et des zones de stockage limitées », martèle Christophe Dufour. Son autre cheval de bataille concerne la mise en œuvre de carrelage en terrasses extérieures. Dans ce cadre, il a organisé une première réunion de l’UNECB avec le Syndicat national des mortiers industriels, qui vise la création d’un guide de bonnes pratiques.

Pages : 1 2