Cochebat : Les planchers chauffants continuent de progresser

Cochebat annonce que les planchers chauffants ont continué leur progression en volume en 2019. Ceci, même s’il reste des terres à conquérir dans le logement collectif.

Chapes-info.fr | Publié le 15 juin 2020 | Par Yann Butillon


Florent Kieffer est le président de Cochebat. [©Cochebat]
Florent Kieffer est le président de Cochebat. [©Cochebat]

Syndicat national des fabricants de composants et de systèmes intégrés de chauffage, rafraîchissement et sanitaires, Cochebat annonce des ventes en progression en 2019. En présentant les grandes tendances de l’économie de ses adhérents, le président Florent Kieffer a relevé une croissance de + 17 % pour les dalles. De + 16 % pour les collecteurs et de + 13 % pour la régulation pour le marché du plancher chauffant/rafraîchissant. « Notre croissance est doublée par rapport au marché : + 8 %. Cela s’explique par une meilleure compétitivité de l’offre système. Et par la marque de qualité Certitherm, qui garantit la performance thermique du système et l’adéquation de nos solutions avec la RE 2020. » Des données à intégrer dans un marché du logement en recul de 1 %.

Une enquête auprès des prescripteurs par Cochebat

Dans le même temps, le syndicat a présenté une étude, menée auprès des prescripteurs en 2020. Le but étant d’avoir leur ressenti sur l’utilisation de plancher chauffant/rafraîchissant dans le logement collectif en France. En Europe, il y a plus de 50 % de planchers chauffants / rafraîchissants dans le logement collectif, contre seulement 20 % en France. Ces chiffres sont en fort décalage avec le logement individuel, puisque 60 % des maisons s’équipent aujourd’hui de ce système. Pour comprendre cet écart, le syndicat a confié cette étude à Batimedia.

Ainsi, parmi les 200 répondants, 88 % connaissent leur côté réversible. Pas moins de 84 % reconnaissent les économies d’énergie qu’ils permettent. De plus, 81 % y voient un atout sanitaire, avec l’absence de circulation des particules, car le plancher chauffant/rafraîchissant provoque peu de convections. C’est un équipement qui va être de plus en plus apprécié, vu le contexte sanitaire actuel. Enfin, plus d’un prescripteur sur deux (60 %) pense que la pose d’un plancher chauffant/rafraîchissant vient améliorer la valeur du bien.

Le coût, un frein ?

« Un prescripteur sur deux recommande aujourd’hui les planchers chauffants / rafraîchissants, notamment les architectes, sensibles au design et à l’optimisation de l’espace, insiste Hugues de Marne, président de la commission “Communication” de Cochebat. En effet, le système permet d’économiser jusqu’à  8 % de surface habitable. De plus, cette solution met en avant l’absence de bruit (95 %) et offre un système complet (92 %). Pour 40 % des prescripteurs, le premier frein identifié pour intégrer davantage nos solutions dans le logement collectif concerne le coût, qui peut s’expliquer en partie par la difficulté́ de monétiser le confort. Pourtant, nous avons un rapport €/m2 parmi les moins chers d’Europe. »