Connecting chapiste !

Située à Valenciennes, Piazza intervient sur un large territoire couvrant le Nord de la France. Ses atouts : une organisation rigoureuse et une bonne connaissance des différentes chapes fluides du marché.

Chapes-info.fr | Publié le 15 septembre 2017 | Par Aurélie Cheyssial


Grâce à son équipe et son organisation, l’entreprise Piazza est en mesure d’effectuer entre 2 et 3 chantiers/j. [©Piazza]

Société de maçonnerie et de rénovation depuis 1991, Piazza a opéré un virage en 2003, lorsque Gianni Piazza, son gérant, découvre le métier de chapiste. « J’avais envie de me lancer dans une nouvelle aventure et j’ai senti qu’il y avait une opportunité à saisir, car le procédé n’était pas encore répandu dans la région. » Après un premier chantier cette même année, Piazza change d’activité et achète sa première pompe à chapes, une Lancy TCL 15. Avec 8 employés, l’entreprise réalise, aujourd’hui, entre 50 000 et 70 000 m2/an.

« Sur le chantier, le patron, c’est le chapiste. C’est lui qui prend la décision finale et qui estime qu’un chantier peut, ou ne peut pas, être coulé. » [©Piazza]
« Sur le chantier, le patron, c’est le chapiste. C’est lui qui prend la décision finale et qui estime qu’un chantier peut, ou ne peut pas, être coulé. » [©Piazza]

Des devis détaillés
« Afin d’être en mesure de réaliser les 120 devis mensuels, qui nous sont demandés, nous agissons d’abord avec méthode. L’ensemble des informations nécessaires pour déterminer le type de chapes, qui sera mis en œuvre, est récupéré à distance (par Internet ou par téléphone). C’est ce qui nous permet d’envoyer un devis très détaillé dans les 48 h », explique Gianni Piazza, gérant de l’entreprise. Ce “quasi-devis” en ligne comprend la marque de la chape, son classement UPEC, la présence de pellicule de surface, le délai dans lequel elle doit être recouverte ou mise en chauffe, la surface, le volume et le coût de tous les volumes complémentaires.
Après validation de la commande et l’étape clos-couvert du bâtiment, Gianni Piazza ou l’un de ses collaborateurs se rend sur le chantier pour réceptionner le support, et confirmer ou infirmer l’estimation établie dans le devis. C’est aussi le moment où sont détectées les malfaçons et que l’entreprise peut proposer des solutions techniques (ravoirage, mousse polyuréthane projetée, modification éventuelle d’isolant de sol, voire du type de chapes).

Pages : 1 2