Le salon allemand de la chape EPF traite la surface en profondeur #3

Le salon allemand EPF fait une large place à l’outillage, l’espace découvert permettant même d’exposer des camions et des silos. Mais surtout, ces outils spécifiques de traitement superficiel de la chape, réputés robustes et qu’une toile de tente protège bien assez des averses. En effet, les fabricants spécialisés côtoient des gammistes de l’outillage pour chapiste.

Chapes-info.fr | Publié le 22 novembre 2017 | Par La Rédaction


Le salon allemand de la chape EPF fait une large place aux outils spécifiques de traitement superficiel de la chape.[©Docteur Schultz]
Le salon allemand de la chape EPF fait une large place aux outils spécifiques de traitement superficiel de la chape. [©Docteur Schultz]

Au salon allemand de la chape EPF, une large place est faite à l’outillage, l’espace découvert permettant même d’exposer des camions et des silos. Mais surtout, des outils spécifiques de traitement superficiel de la chape, réputés robustes et qu’une toile de tente protège bien assez des averses. Il est sans doute difficile de trouver en Europe une confrontation plus dense de ces gammes d’outils. Les fabricants spécialisés côtoient des gammistes de l’outillage, qui proposent toutes les machines, dont un chapiste a besoin, et parfois aussi, les outils pour des parqueteurs. Ainsi sur ce salon, il est nécessaire de se familiariser avec les termes Kugelstrahlanlagen, Fräsmaschinen, Schleifmaschinen, Poliermaschinen… Il s’agit tantôt de grenailler, de fraiser, de poncer, de polir. Une partie des acteurs est plus ancrée sur le gros œuvre et sur le dallage industriel. L’autre propose volontiers des outils de préparation des surfaces comme les couches d’égalisation, et l’on n’est guère loin des ponceuses à parquet. C’est cette proximité, qui conduit de fait à la formule de l’EPF, couvrant la chape, le parquet et le carrelage. S’il ne faut pas y chercher l’exhaustivité d’une offre de produits manufacturés, le point d’orgue et le trait d’union entre ces familles de revêtement sont l’outillage, et les fournisseurs peuvent s’y déployer dans un périmètre d’activité, qui leur est totalement adapté.

Jonas Thophoven

Un marché atomisé ?
Les polisseuses à béton du Danois HTC viennent renforcer, de façon considérable, l’offre du Suédois Husqvarna sur ce secteur dynamique. [©JT]
Les polisseuses à béton du Danois HTC viennent renforcer, de façon considérable, l’offre du Suédois Husqvarna sur ce secteur dynamique. [©JT]

Autant les chapes, leurs ingrédients et leurs adjuvants sont en voie de concentration internationale, autant, à première vue, le marché des machines de traitement de surface semble encore atomisé. Du moins, on ne tombe guère sur des noms de renommée internationale et présents sur de nombreux segments de l’outillage, sinon peut-être Husqvarna, présent à EPF, avec d’ailleurs, l’information d’une croissance externe ciblée. En intégrant le Danois HTC, Husqvarna élargit sa palette et sa pénétration du marché spécifique du polissage des sols en béton. Un marché, qui est donné en forte croissance internationale, mais où les acteurs de l’équipement, comme HTC pour les ponceuses plutôt grosses ou Husqvarna, peinent à atteindre la taille critique, pour financer une expansion multi-continentale. De son côté, Husqvarna met l’accent sur son gros modèle de ponceuse PG 680 RC à télécommande.

La préparation des sols
La gamme Airtec est, de manière aisée, identifiable et le fabricant suisse témoigne, par sa présence à l’EPF et à Batimat, d’une bonne dynamique internationale. [©JT]
Le fabricant suisse témoigne, par sa présence à l’EPF et à Batimat, d’une bonne dynamique internationale. [©JT]

Le fournisseur suisse Airtec s’est fait une spécialité de la préparation des sols avec une gamme d’outils portatifs, mais surtout une large gamme d’outils type “poussette” (à savoir : soit, on marche derrière l’équipement et on pousse ou soit, il y a une télécommande) spécifiques. L’accent n’est pas mis ici sur les gros modèles à télécommande. Plutôt, dans le cas de la ponceuse BS-800, sur l’étanchéité complète et en cours de brevet du système de transmission.

 

 

Versions light et ultra light
Le CON60 ne pèse que 36 kg, à quoi se rajoutent 10 kg pour le disque [©JT]
Le CON60 ne pèse que 36 kg, à quoi se rajoutent 10 kg pour le disque [©JT]

Dans le monde des dallages industriels, bien représenté à l’EPF, on trouve des hélicoptères à conducteur embarqué. Mais aussi à l’autre extrémité, comme dans le cas de ce nouveau modèle de Contec, d’un équipement ultra light, CON60, robuste et adapté aussi aux chapes, un segment auquel il est d’ailleurs tout à fait destiné. La machine a été développée et testée en 2016 à Berlin et à Munich, en liaison étroite avec des chapistes professionnels. Même approche “light” pour la nouvelle machine de grenaillage Hornet, compatible avec le courant secteur 230 V.

Pages : 1 2