Le retour de la chape chaux

La chaux suscite un regain d’intérêt. Au niveau des sols, elle sert à la fabrication de dalles non porteuses, de formes isolantes, mais aussi de chapes de pose de revêtement. Point sur ses avantages et ses limites.

Chapes-info.fr | Publié le 21 avril 2017 | Par Aurélie Cheyssial


Mise en œuvre d’un béton de chaux (Tradi 100), chaux hydraulique naturelle de Saint-Astier, sur un hérisson ventilé. [©Cesa]
Mise en œuvre d’un béton de chaux (Tradi 100), chaux hydraulique naturelle de Saint-Astier, sur un hérisson ventilé. [©Cesa]

Liant principal du bâti ancien, la chaux suscite, aujourd’hui, un regain d’intérêt, de par sa compatibilité avec les matériaux traditionnels en rénovation. Mais aussi, grâce au développement de l’éco-construction. En matière de chapes et de dalles de chaux, la demande est actuellement plus forte que l’offre. Si la chape hydraulique semble indissociable du ciment, il n’en a pas toujours été ainsi. Le mortier de chaux, employé dans la construction depuis l’Antiquité, est demeuré incontournable dans le bâti jusqu’à l’invention du ciment moderne, au milieu du XIXe siècle. Obtenu à partir de la cuisson du calcaire, la chaux sert au niveau des sols, à la fabrication de dalles non porteuses, de formes isolantes, mais aussi de chapes de pose de revêtement. « L’utilisation de la chaux se limite à un marché confidentiel, réservé à certaines entreprises spécialisées dans la rénovation du bâti ancien ou dans l’éco-construction. Même si sa mise en œuvre est presque identique à celle du ciment, la plupart des entreprises classiques du bâtiment ne l’emploient pas, par manque d’habitude ou… d’informations », indique Michel Cadot, directeur technique matériaux bio-sourcés et éco-matériaux chez Chaux et Enduits de Saint-Astier.

Compatibilité avec le bâti ancien

En général, la chaux répond soit à un besoin, soit à une envie, celle de tendre vers une maison plus écologique. Le besoin peut être celui de travailler avec des matériaux compatibles, avec ceux d’un plancher ancien ou d’un revêtement en pierre, en terre cuite, qui sera posé au-dessus. Benjamin Guillot, co-gérant de la société d’éco-construction Eco2Scop, basée à Embrun (05), emploie régulièrement la chaux sur ses chantiers. « En construction neuve, nous avons réalisé une chape de 4 cm à 5 cm d’épaisseur en chaux et en sable sur un plancher à ossature bois et paille au-dessus d’un vide sanitaire. L’objectif était d’amener de la masse thermique dans le bâtiment. »
En rénovation de planchers anciens, les atouts de la chaux sont multiples. En premier lieu, les artisans mettent en avant sa ductilité. « La chaux est indispensable pour niveler un sol ancien, parce qu’elle offre davantage de souplesse que le ciment. Elle est ainsi capable d’accompagner le mouvement des supports, afin d’éviter la fissuration », explique Luc Van Nieuwenhuyze, chargé de mission “formation” pour l’association Maisons Paysannes de France (MPF). >

Un béton chaux chanvre peut être réalisé sur chantier dans une bétonnière. [©BCB Tradical]
Un béton chaux chanvre peut être réalisé sur chantier dans une bétonnière. [©BCB Tradical]

Pages : 1 2 3 4