Un ravoirage allégé pour avoir pied

La piscine de Villefranche-de-Lauragais (31) a profité du renouvellement de son liner pour rehausser le fond de sa piscine. Le maître d’œuvre a exigé la qualité de la chape Bétostyrène sous Avis technique.

Chapes-info.fr | Publié le 18 septembre 2017 | Par Aurélie Cheyssial


Le remplissage de la piscine a été envisagé à l’occasion du remplacement du liner. Les nouvelles évacuations servent également de repère. [©Patrick Campillo – Mairie de Villefranche-de-Lauragais]
Le remplissage de la piscine a été envisagé à l’occasion du remplacement du liner. Les nouvelles évacuations servent également de repère. [©Patrick Campillo – Mairie de Villefranche-de-Lauragais]

Finies les profondes fosses de piscines, les municipalités réduisent leurs consommations d’eau et d’énergie, en privilégiant le confort, la sécurité et l’aptitude aux nouvelles activités de type “aquagym”. A Villefranche-de-Lauragais, en Haute-Garonne, la piscine municipale est ainsi passée de 3,80 m à 2,40 m au plus profond. L’appel d’offres s’est clôturé début mai, pour un chantier débuté en juin, et une réouverture début juillet.

Un remplissage au poids de l’eau
Pour éviter de coûteux calculs de poussée ou d’intervenir sur la structure, le remplissage devait simuler le poids de l’eau, (soit 1kg/l). Située à Quillan (11), l’entreprise Ocbat a opté pour un remplissage en Bétostyrène de TBA. Grâce à des billes de polystyrène, ce mortier allégé à 900 kg/m3 devait offrir une résistance de 5 MPa sur l’ensemble du remplissage, soit la qualité de la chape Bétostyrène sous Avis technique (AT). « Le choix s’est porté sur ce produit, car il bénéficiait d’un AT et nous permettait ainsi d’être couverts par notre garantie décennale. De plus, j’avais déjà employé, avec succès, ce même procédé sur une autre piscine », explique Miguel Marieiro, directeur chez Ocbat.
A Villefranche-de-Lauragais, la piscine présentait une fosse de 3,80 m de profondeur qu’il fallait ramener à 2,40 m. Quant aux parties les moins profondes, entre 1,65 m et 2,40 m, elles devaient être rehaussées de 40 cm environ. Cinq employés se sont affairés sur ce chantier, durant lequel quelque 240 m3 de Ocba ont été coulés. Un technicien de TBA était présent le matin du coulage pour superviser la fabrication et voir s’il fallait ajuster la formule. « Dès l’arrivée du premier camion-toupie, il a été nécessaire d’ajuster le dosage en adjuvant, afin de trouver le bon compromis entre plasticité et fluidité. Nous avons donc fait une formulation pour une classe de consistance S2, qui offre un béton capable de tenir sur une légère pente », se souvient Mickaël Meynard, chef des ventes chez TBA.

 

Pour éviter de salir les abords, la pompe à béton, d’un débit de 1 m3/mn, a été placée à l’entrée, à plus de 36 m de la piscine. [©Patrick Campillo – Mairie de Villefranche-de-Lauragais]
Pour éviter de salir les abords, la pompe à béton, d’un débit de 1 m3/mn, a été placée à l’entrée, à plus de 36 m de la piscine. [©Patrick Campillo – Mairie de Villefranche-de-Lauragais]

Pages : 1 2